Visitor counter, Heat Map, Conversion tracking, Search Rank
French English German

Sites Amis

vfa

Capture

Capture2colleurs

Connexion

Compteur de visite

46351
Aujourd'huiAujourd'hui8
HierHier33
Cette semaineCette semaine162
Ce moisCe mois511
Tous les joursTous les jours46351

HISTOIRE P47

 

PROFIL EPOQUE P47

 

Le Jug, Milk Jug, Juggernaut (pot à lait, mastodonte, ), Ass (Ane,gros cul), razorback (à cause de son arrête dorsale effilée comme celle du sanglier)....les superlatifs n'on pas manqué lorsque cet avion est arrivé dans les unités.
Surpris par la taille et le poids de la machine, les britanniques, avec leur sens de l’humour légendaire, avaient affirmé que pour éviter les balles ennemies le pilote pouvait courir dans tous les sens dans l’habitacle, ou encore se coucher au flanc de l’appareil comme le faisaient les Indiens au far west.


Dès son premier vol, le 6 mai 1941, les caractéristiques du XP-47B sont en effet monstrueuses pour un chasseur de l'époque :
4,30M de haut, 11M de long, 12,5M d’envergure, six tonnes en charge, moteur en double étoile R-2800 turbocompressé à 18 cylindres 2000 chevaux l’emmenant à des vitesses de l’ordre de 670Km/h, autonomie 1850Km pour un emport en carburant de 1154L, huit mitrailleuses de 12.7 et un large éventail de charges offensives.
Dans les dernières versions il pèsera prêt de 10 tonnes pour une puissance de 2800 chevaux et une autonomie porté à 3780Km grâce à une capacité d’emport en carburant de 3800L pour une vitesse maxi de 764Km/h.

STATIQUE P47


C’est la Seversky Aircraft Corporation, fondée en 1931 par deux émigrés Géorgiens à la suite de la révolution d’octobre, Alexander de Seversky fondateur et Alexander Kartveli ingénieur en chef, qui sera à l’origine de cet incroyable avion.

SEVERSKY P47  KARTVELI P47
 Les deux hommes produiront ensemble le P35 et le XP-41, version améliorée du P35

 jusqu’au P-43.

P35 P47

 

P43 P47

Déjà l’aspect de l’appareil, avec son moteur en étoile, ses ailes elliptiques et sa verrière coulissante faisait penser au futur P47.


Fin 1939 l’entreprise est transformée en Republic Aircraft Corporation et Alexander Seversky évincé en raison d'erreurs de gestion.
Kartveli est nommé vice-président et directeur technique.


Lorsque qu’en 1940 l’Air Corps fixe le cahier des charges pour son nouveau chasseur, ses exigences sont sévères : moteur de 2000ch avec compresseur, vitesse de 400mph en pallier et supérieure à celle de tous les chasseurs en service en piqué, plafond de 40000 pieds, protection pour le pilote et armement lourd.


Kartveli déclarera avec son inimitable accent russe : « ce sera un dinosaure, mais un dinosaure bien proportionné » le P47 était né !


Pratt et Whitney étant en train de mettre au point son XR-2800, un 18 cylindres en double étoile de 2000 chevaux, trouver le moteur n’est pas la partie la plus compliquée.

R2800 P47

 

 

Le turbocompresseur sera logé dans la partie arrière du fuselage comme sur le P43. Avec cette puissance, les 400Mph sont en vue mais à condition de soigner l’aérodynamique.
Kartveli reprend la voilure à bord de fuite elliptique du P-43 mais l’agrandit et surtout l’épaissit de manière à pourvoir loger huit mitrailleuses de 12.7, une puissance de feu jamais vues sur un chasseur.


Bien que peu emballés à la vue de l’allure massive de l’engin, les services officiels lui donnent la dénomination de XP47-B Thunderbolt. Mais déjà, ceux qui travaillent sur le projet l’ont surnommé Jug, diminutif de milk jug (pot à lait) en raison de la section ronde et massive de son fuselage. Les Britanniques croiront qu’il s’agit de l’abréviation de « juggernaut » (mastodonte ou poids lourd).


Pour tous ceux qui l’on piloté, entretenu ou réparé un jour, il restera à jamais le Jug.


Pot à lait ou mastodonte, le XP47-B a des dimensions imposantes correspondant à presque le double du Spitfire Britannique et une silhouette aux antipodes de ce parangon d’élégance !
Le Jug a vraiment une allure de fin de race du crétacé.


Conçu comme chasseur à long rayon d’action, le Républic P-47 Thunderbolt se fit voler la vedette avec l’apparition du P-51 Mustang beaucoup plus agile.
Sa carrière se serait probablement arrêtée au milieu de l’année 1944 si sa robustesse légendaire, son puissant armement intégré et sa capacité d’emport de charges externes aussi diverses que variées ne lui avaient pas ouvert une autre voie dans laquelle il brillera plus que nul autre.
On peut dire aujourd’hui que le P-47 fut sans contestation possible le meilleur chasseur-bombardier de la seconde guerre mondiale. L’US Army Air Force crédite officiellement le P-47de 545000 sorties, en près de 2 millions d’heures de vol, et de 3752 avions ennemis détruits en vol et 3325 autres au sol.
Son taux de pertes est l’un des plus faibles des monomoteurs américains, 0,7%, en grande partie grâce à sa solide constitution et sa grande fiabilité.
Un bilan très impressionnant pour un appareil qui fut, somme toute, un avion de chasse assez moyen.

  

 

Source : Aéro Journal Hors Série n°5 Mars-Avril 2010 spécial P-47 Thunderbolt.

 

Hommage et respect pour ces hommes et ces femmes des forces aériennes dans la seconde guerre mondiale.